AFRICA Endelea est né de la volonté de jeunes professionnels d'ascendances africaines au Luxembourg. Cette volonté est liée au fait qu'ils souhaitent apporter de façon concertée leurs contributions au devenir du continent africain. L'objectif principal est de créer et développer un réseau de personnes de toutes origines socioculturels sensibles aux problématiques africaines. Ce réseau permettra de fédérer les nombreuses et diverses potentialités de ces membres en vue d'un apport significatif au devenir du continent africain. En collaboration avec d'autres associations africaines ou institutions luxembourgeoises, AFRICA Endelea souhaite contribuer au rayonnement de la culture africaine tant au Grand-Duché de Luxembourg que dans la Grande-région.

IMPORTANT



VEUILLEZ NOTER QUE NOTRE NOUVEAU
SITE INTERNET SE TROUVE A L'ADRESSE






Ajouté le 01/09/2009 par AE
IMPORTANT



VEUILLEZ NOTER QUE NOTRE NOUVEAU
SITE INTERNET SE TROUVE A L'ADRESSE






Ajouté le 01/09/2009 par AE
test

Ajouté le 01/04/2009 par test




 


(PROGRAMME DU FESTIVAL ET SALON DU LIVRE Cliquez ici
 PLAN D'ACCES Cliquez içi)


Dans le cadre de sa participation au 26ème Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté au Luxembourg, L’association AFRICA Endelea invite l’écrivaine et docteure en Sociologie Juliette SMERALA à présenter ses travaux au Salon du livre et des littératures.

 

QUI EST-ELLE ?

 

Docteure en sociologie, diplômée de l’Université Paris-VII Jussieu, spécialisée dans la sociologie du conflit (relations asymétriques entre ‘dominants’ et ‘dominés’) et les relations interculturelles.

 

Parmi ses enseignements à l’Université des Antilles et de la Guyane ; à la Fachhochschule d’Augsbourg, en Bavière, et à l’Université Marc Bloch Strasbourg II, en France (où elle a été chercheure associée au Laboratoire de recherche « Cultures et Sociétés en Europe », Unité 7043 du CNRS), figurent la méthodologie de la recherche scientifique, la sociologie générale et les relations asymétriques et interculturelles.

 

Ces activités d’enseignement ont été menées de pair avec l’encadrement de travaux de recherches d’étudiants et la co-direction d’un groupe d’enquêtes sur les discriminations au travail et au logement à Strasbourg.

 

Depuis 2008, elle est enseignante à l’UAG-SUEP, en Martinique, ou elle continue son activité de chercheure et d’écrivaine, sur les problématiques sociétales et identitaires des sociétés (ex-) coloniales.


Ajouté le 13/03/2009 par AE

 

" Relations interraciales, préjugé de couleur, métissage et constitution de réseaux de pouvoir dans la société esclavagiste, et répercussion de ces paramètres sur le manque de cohésion sociale actuellement observable à la Martinique ".


Communication présentée dans le cadre du Colloque Interdisciplinaire et International du 10-12 novembre 2000, et publiée dans les actes du colloque La route du sucre du 8e au 18e siècle, coordonnés par M. Emile Eadie , septembre 2001, Editions Ibis Rouge.

Sont traités dans cet article, sous l'angle de la sociologie de la dominance et de l'interculturalité, les problèmes de contacts entre groupes humains hétérogènes, dont le réseau de liens tissés pendant l'esclavage reproduit les inégalités socioculturelles autour desquelles s'est structuré le lien social dans ces régions.

 

La racisation des relations intergroupes ou la problé matique de la couleur, L'Harmattan, 2002, 519 pages. Directeur de publication : M. Jean-Paul Chagnollaud, Professeur des Universités.


Cette étude est une réflexion critique, qui tente de déconstruire la problématique de la couleur dominant la modalité d'écriture des relations raciales privilégiée par les Sciences Humaines et Sociales. Sont passées en revue des thèses anthropologiques et sociologiques, dont la tendance a été de traiter le trait somatologique que constitue la couleur de la peau en tant que variable indépendante. Il s'agit de montrer que l'effet le plus manifeste de ce phénomène est une biologisation du social.

 

Peau noire, cheveu crépu. L'histoire d'une aliénation, Editions Jasor, mars 2005, 356 pages.

Cette étude s'intéresse au binôme cheveu/peau, sous l'angle de la sociologie de la dominance. Elle continue l'exploration du thème de la domination ethno raciale commencée dans l'ouvrage La racisation des relations intergroupes ou la problématique de la couleur. Y sont appréhendées les significations sociales que revêtent des pratiques relevant d'emprunt culturel liées à l'esthétique du corps et du cheveu, en contexte d'inter culturalité asymétrique, entre groupes raciaux, dont les statuts sociaux sont différenciés sur l'axe culture dominante / cultures dominées. Il s'agit, en l'occurrence, de comprendre en quoi la modification de la texture du cheveu et de la couleur de la peau constitue des pratiques engendrées par l'intériorisation de certaines contraintes sociales. L'étude s'appuie sur deux recherches empiriques et un approfondissement du thème de l'emprunt culturel, grâce à de fréquents recours à l'anthropologie sociale et raciale, qui permettent de comprendre l'origine de bien des pratiques esthétiques contemporaines.

 

Article : " Les canons de la beauté associés à la couleur de la peau et au cheveu / Pratiques esthétiques : faits culturels traduisant des rapports de dominance institutionnalisés ", in : Les Cahiers de sociologie économique et culturelle (revue internationale publiée par l'Institut de Sociologie Economique et Culturelle, paru en janvier 2004 ,  [115-149]. L'étude s'appuie sur deux enquêtes de terrain réalisées par moi-même auprès d'une centaine de sujets (de coiffeures bavaroises et martiniquaises, pour les représentations et pratiques liées au traitement du cheveu, et d'Africains, pour les pratiques et problèmes liées à la dépigmentation de la peau par le biais de dermocorticoïdes).

 

Article : " Les prostituées, ouvrières de jour et de nuit : l'exemple de Saint-Domingue ", in : Revue des Sciences Sociales, 32/2004, [54-65]. Article conçu dans le cadre paradigmatique de la domination et de l'interculturalité. L'étude s'appuie sue une enquête réalisée par moi-même auprès d'une population de femmes immigrées originaires de l'île de Saint-Domingue, exerçant le " métier " de prostituées à la Martinique.

 

Communication : " Une minorité (afro-)allemande spécifique : autre-de-l'intérieur regardée comme autre-de-l'extérieur par la majorité ", présentée les 7-8 novembre 2004, dans le cadre du Colloque franco-allemand (Université de Tübingen Ludwig-Uhland Institut für Volkskunde // Université Marc Bloch, Strasbourg II et Laboratoire " Culture et sociétés en Europe ", UMR 7043, CNRS), dont le thème était " Culture(s) de soi, culture(s) de l'autre : que transmettre en Europe ? "

 

Article : " Préférences esthétiques de l'homme " noir " en matière de choix de partenaire ", in :  Marges 29, GRILAUP, Presses Universitaires de Perpignan, 2006.

 

Article : " L'enseignement et la recherche interculturelle : Essai d'approche comparée France-Allemagne ", in : La revue d'Allemagne et des pays de langue allemande, 3/2005.

 

Communication : " Les Français d'Outre-Mer ", un exemple d'interculturalité asymétrique et de discrimination occultée : catégorie de l'autre étranger-de-l'intérieur (Anderen von Innen) ou de l'autre étranger-de-l'extérieur (Anderen von Aussen) ", présentée le 25 novembre 2005, à Strasbourg, lors de la Journée d'études intitulée " Classe, genre, âge et appartenance culturelle : permanences et transformations dans la construction des identités collectives ". Organisée par M. Juan Matas, pilotant l'Orientation 1.2. " Comparaisons des modes de différenciation sociale ", au Laboratoire " Cultures et Sociétés en Europe ", UMR CNRS 7043. A paraître dans les actes de la journée d'études.

 

Communication : " Présentation du projet de santé interculturel développé en Allemagne (MiMi) ", à l'hôpital de Hautepierre, à Strasbourg, le 3 mars 2006, lors de l' " Après-midi de psychologie périnatale ", organisée par Dominique Merg (membre de l'UMR CNRS 7043 du Laboratoire " Cultures et sociétés en Europe "), sous l'intitulé : " L'accompagnement des femmes en situation de grande précarité. Echange d'expériences et de réflexions ".

 

Communication : " La construction de l'invisibilité du Noir dans les médias occidentaux ", présentée lors de la Première Conférence Européenne sur le Racisme Anti-Noir, organisée par l'Observatoire du Racisme Anti-Noir en Suisse, avec le soutien de l'ONU, tenue à Genève, les 17 et 18 mars 2006. Texte publié dans les actes de la Conférence.

J'ai été l'une des deux expertes intervenant dans l'atelier IV " Stéréotypes et préjugés ".

 

Communication : " Couleur stigmatique et effacement du stigmate chez les mélanodermes ", au colloque Corps et Couleurs organisé par le GDR CNRS 2322, " Anthropologie des Représentations du Corps ", 10-11-12 janvier 2007.

 

Ouvrage : Du cheveu défrisé au cheveu crépu. De la dénaturation à la revendication, Editions Anibwé, mai 2007.


Ajouté le 13/03/2009 par AE

1 2 3 4   Page suivante